GUINEE

Conakry

Prieuré Notre-Dame de la Pentecôte
c/o Archevêché – BP. 2016
Conakry 
GUINEE
Tel : 00 224 622 31 97 82 ou 00 224 628 88 99 30
soeursap_coyah@yahoo.fr





Le prieuré Notre Dame de la Pentecôte

"Quiconque n'accueille pas le Royaume de Dieu
comme un petit enfant n'y entrera pas." 
Il les embrassa et les bénit en leur imposant les mains. (Mc 10,15-16) 
 

A l'appel de Mgr Robert Sarah, archevêque de Conakry, les soeurs sont arrivées en Guinée le 16 juillet 1995, à Kendoumayah, village situé à 5 kms de Coyah et 50 kms de Conakry. Mgr Sarah a demandé aux soeurs de s'occuper particulièrement de la formation et du développement intégral de l'homme, en particulier dans l'éducation chrétienne et humaine des femmes et des enfants.  

Les soeurs ont donc d'abord ouvert une école maternelle en octobre 1995. Le jardin d'enfants Sainte-Odile accueille aujourd'hui environ 130 enfants de 3 à 6 ans. Dans un second temps, en octobre 1998, les soeurs ont ouvert une école primaire Mariama. Aujourd'hui, celle-ci compte 250 élèves répartis dans tous les niveaux, mais l'école, encore en croissance, doit achever sa construction. 


LA VIE DES SOUERS !

 

7h45, quelques 320 enfants se rassemblent au pied du mât, dans un ordre presqu’impeccable. Puis, après la levée des couleurs sur le chant peu harmonieux de l’hymne national, les voilà qui, bombant le torse, récitent d’un même chœur et en cadence, pas moins que la prière avant l’étude de Saint Thomas d’Aquin, dans un fier « garde à vous » :

« Créateur ineffable, qui, des trésors de Votre Sagesse
Avez élu trois hiérarchies d’anges
…donne moi la pénétration pour comprendre, la capacité de retenir,

la méthode et la facilité pour apprendre … »

 

A 2 km de là, ce sont leurs 200 petits frères et sœurs qui braillent, chacun à leur rythme, et sur la note de leur choix un « Sainte Odile ! Nous vous choisissons, gardienne et mère du Jardin d’Enfants ! » qui a tendance à s’allonger façon chamallow.

Et voilà tout ce petit monde prêt à étudier…

1995_2015 : 20 ans de présence en Guinée ! 20 ans d’accompagnement des parents dans leur mission éducative.

Le site de Mariamayah, là où se trouve notre prieuré, se situe dans une crique montagneuse à soixante kilomètres de Conakry. Ni eau, ni électricité, au bout d’une piste chaotique... Sans doute la fondation a eu des airs d’aventure et nos fondateurs et fondatrices ont fait figure de pionniers, ayant tout à mettre en place. Nous sommes dans la reconnaissance et dans l’émerveillement devant tous les sacrifices consentis par nos aînés. Aujourd’hui, grâce à Dieu, Kendoumayah est un peu désenclavé et notre prieuré peu à peu devient une oasis appréciée pour les Conakrykas en mal de silence et de calme.

Du côté de la mission, nos écoles sont le 1er lieu de notre investissement apostolique. La rentrée, avec les inscriptions, est un moment extrêmement éprouvant et douloureux pour nous toutes. Trop de demandes, pour trop peu de places. Volonté de garder des proportions familiales à nos écoles, et sentiment de ne pas en faire assez pour cette population, en rejetant des enfants pour qui nos écoles auraient peut être été la chance de leur vie ! Qui prendre ? A qui donner la priorité ?

La dimension éducative est pour nous l’enjeu majeur de notre mission. Que d’enfants en difficultés ! Le comportement à l’école révèle souvent d’énormes difficultés familiales : polygamie, enfants séparés de leurs parents et faisant tout pour les retrouver…jusqu’à mettre la « pagaille » à l’école… Il nous faut accompagner tout cela. La vie religieuse nous permet une gratuité, une générosité dans le don, de telle sorte qu’à travers nous, Jésus passe, avec ses gestes de miséricorde sur ces enfants, son exigence d’amour et son regard qui confère à chacun sa dignité. « Au quartier, on reconnait les enfants de votre école ! » témoigne un parent.

Les familles chrétiennes en Guinée sont souvent parmi les plus pauvres. Longtemps défavorisées, elles refusent aussi les pratiques obscures d’enrichissement. Aussi, nous cherchons à être attentives à elles. Nous avons 1/4 de chrétiens dans nos deux écoles, pour un pays qui ne compte que 12% de chrétiens. Avec ce cercle plus restreint des enfants chrétiens,  nous sommes heureuses de pouvoir donner un peu plus ce qui nous tient à cœur : catéchèse, préparation aux sacrements, retraites chez nous, pèlerinages, … sous l’œil envieux des petits musulmans…

 

Parmi eux, il y a surtout « nos enfants », avec lesquels, pour le coup, nous pouvons TOUT donner : ce sont les enfants chrétiens de Kendoumayah, tous scolarisés dans nos écoles. Chaque matin, notre vieille voiture fait le « ramassage scolaire ». Les quinze s’empilent dans la benne, dans une joyeuse ambiance. Nous égrenons le chapelet au fil des stations. Le dimanche, nous les emmenons à la messe à la paroisse. Chaque jeudi, ils se retrouvent pour le patronage au prieuré. Au mois d’octobre, nous récitons le chapelet tous les jours dans une de leur maison. A Noël, à Pâques, nous fêtons ensemble ! C’est une vraie famille que cette communauté chrétienne de Kendoumayah !

 

L’autre axe de notre mission est la paroisse : les sœurs aident les jeunes filles à découvrir les mystères de la vie et de l’amour. Elles invitent aussi les mamans à approfondir leur foi, avec les pauses mamans. Et trois fois l’an, nous organisons des Journées Paroissiales pour les Enfants. Avec la liturgie de la Parole, le dimanche, nous découvrons un appel de plus en plus fort à travailler à cette éducation de la foi dans le cœur des petits.

Pour notre évêque, la grande pauvreté de notre Eglise qu’il nous faut combattre est celle d’une foi mal enracinée parce qu’éduquée trop tard. Aussi, nous a t il donné mission d’aider chaque paroisse à monter un groupe d’éveil à la foi. Or, les paroisses les plus reculées du diocèse sont à 12h de route de Kendoumayah ! Nous profitons des vacances scolaires pour visiter ces communautés chrétiennes de l’intérieur, ce qui donne lieu à de belles rencontres.

Par la sorte, nous nous investissons donc aussi sur le diocèse, et d’une manière particulière cette année avec les préparatifs du Jubilé de la Miséricorde.

Notre prieuré Notre Dame de Pentecôte est composé de six sœurs. Ce n’est pas de trop pour porter toute cette mission. Nous sommes épaulées de deux coopérantes de l’Association Noé Mission Saint Jean.

Nous confions notre mission à votre prière.